Le bien être animal en islam

p1070210.jpg

Les animaux, créatures de Dieu

La miséricorde en Islam, s’étend à toutes les créatures de Dieu : les animaux sont donc, à ce titre, couverts par cette miséricorde.

« Et Il a créé, pour vous, les bestiaux dont vous faites des vêtements chauds, dont vous retirez divers profits et dont vous mangez, aussi. Ils vous paraissent beaux quand vous les ramenez, le soir, de même que le matin, lorsque vous les menez au pâturage. Et ils portent vos fardeaux vers un pays que vous n’atteindriez [autrement] qu’avec peine. Vraiment, votre Seigneur est Compatissant et Miséricordieux. Et (Il a créé) les chevaux, les mulets et les ânes pour que vous les montiez, et aussi pour l’apparat. Et Il a créé (d’autres) choses que vous ne connaissez pas. »

Sourate 16 An-nahl (Les Abeilles), Verset 5-8

L’islam reconnaît chez l’animal une conscience évoluée : l’animal est doté d’intelligence, il souffre, connaît et adore Dieu, a conscience de la mort et sera ressuscité comme les humains :

« Pas de bêtes sur la terre, ni d'oiseau volant de ses deux ailes qui ne constituent des nations pareillement à vous; dans le Livre, Nous n'avons absolument pas omis la moindre chose. Et puis vers le Seigneur, ils seront rassemblés » Sourate 6 Al-'An`âm (Les Bestiaux), Verset 38

« Ne vois-tu pas que tout ce qui sont dans les cieux et en terre ne cessent de proclamer la gloire et la pureté de Dieu, de même les oiseaux qui étendent leurs ailes ? Chacun a sus sa manière de prier Dieu et de proclamer Sa gloire et Sa pureté et Dieu sait parfaitement ce qu’ils font. Sourate 24 An-Nur (La Lumière), verset 41

Le livre Saint a honoré les animaux en nommant plusieurs Sourates par le nom d’animaux : « La Vache », « Les Bétails », « Les Abeilles », « Les Fourmis », « L’Araignée », « L’Eléphant ». Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), enseigna le respect des animaux à ses Compagnons, privilégiant certains d’entre eux, notamment pour leur noblesse (le cheval) ou leur pureté (le chat). La préservation des espèces animales a été réalisée dans l’Arche de Noé (Nûh), il y a bien longtemps, par l’ordre d’Allah (s.w.t), sans lequel nous n’aurions pas connu d’animaux dans notre vie actuelle. Ceci est un rappel pour que nous préservions les espèces animales à notre époque.

Les Droits des animaux en Islam

L’islam interdit formellement toute forme de cruauté envers les animaux, et ce bien longtemps avant l’émergence de divers mouvements de défense des droits des animaux, datant seulement du XIXème siècle.

Le Prophète (pbsl) a décrit le châtiment d’une femme qui avait été envoyée en Enfer à cause de la façon dont elle avait traité une chatte. Elle l’avait enfermée sans la nourrir et avait refusé de la libérer pour qu’elle puisse se nourrir elle-même à l’extérieur. Sahih Al-Boukhari

L’islam exige que les animaux soient traités avec bonté

Le prophète Mohammed (pbsl) raconta à ses compagnons l’histoire d’un homme qui, alors qu’il marchait, eut soudain très soif. Ayant trouvé un puits, il descendit à l’intérieur pour étancher sa soif. En remontant, il aperçut un chien qui était si assoiffé qu’il léchait la boue sur le sol. Alors il descendit à nouveau au fond du puits et ramena de l’eau pour le chien. Dieu apprécia tant sa bonne action qu’Il lui pardonna ses péchés. Les compagnons demandèrent : « Ô prophète de Dieu : sommes-nous récompensés pour nos bonnes actions envers les animaux? » Il répondit : « Pour toute créature vivante, il y a une récompense à qui lui fait du bien. » Sahih Al-Boukhari

Le prophète Mohammed (pbsl) dit: « Il n’y a pas un être humain qui tue sans droit un oiseau, ou un animal plus gros, qui ne sera pas questionné par Dieu au jour du Jugement. » On lui demanda : « Et quel est le droit de l’animal, ô messager de Dieu? » Il répondit : « C’est qu’il l’égorge et en consomme la chair, et non pas qu’il lui coupe la tête tout en jetant le reste. » An-Nasai

Allah (s.w.t) dit dans le Coran : « Nulle bête marchant sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne soit comme vous en communauté. »

Sourate 6 Al An’âm (Les Bestiaux), Verset 38

L’Islam impose de respecter les droits des animaux et leurs besoins physiologiques, comme pour toute autre communauté

Les animaux de ferme et de compagnie doivent avoir à leur disposition une alimentation saine et naturelle, et des conditions de vie agréables. Ils doivent également avoir accès à des conditions d’accouplement, d’allaitement, et d’élevage normal de leur progéniture et doivent faire l’objet de soins médicaux en cas de maladie ou d’accident.

Le Prophète (pbsl) passant près d’un chameau très émacié. Il dit : « Craignez Dieu à propos de ces animaux qui ne peuvent s’exprimer. Si vous les montez, faites-le de façon convenable [en les mettant en forme pour qu’ils puissent le faire aisément] et si vous les mangez, faites-le de façon convenable [en les nourrissant convenablement pour leur assurer une bonne santé]. » Abou Daoud

Un animal ne doit jamais être battu ou torturé. Le Prophète (pbsl) est passé près d’un animal qu’on avait marqué au fer sur le front. Il dit : « Ne savez-vous pas que j’ai maudit celui qui marque son animal sur sa face ou qui le frappe sur sa face? ». Abou Daoud, Sahih Mouslim

Les hommes ne doivent pas frapper les animaux sur la face, car « ils prononcent la louange de Dieu »

Conditions de pratique de l’abattage

Il est interdit de tuer un animal d’une façon cruelle ou juste pour le plaisir. La seule raison étant la nécessité de se nourrir, avec la permission d’Allah, et donc en suivant un rituel particulier et bienveillant pour l’animal. L’animal a le droit à une mort avec dignité et respect.

L’islam a établi des règles sur l’abattage des animaux. L’islam insiste beaucoup sur la manière de sacrifier les bêtes, qui doit être la moins douloureuse possible pour elles. L’instrument servant à égorger ne doit jamais être affuté devant l’animal, et jamais une bête ne doit être égorgée devant ses congénères. Jamais, avant la venue de l’islam, le monde n’avait été témoin d’autant de souci pour le bien-être des animaux.

« Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d’Allah n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. Les diables inspirent à leurs alliés de disputer avec vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des associateurs. »

Sourate 6 Al-'An`âm (Les Bestiaux), Verset 121

« À chaque communauté, Nous avons assigné un rite sacrificiel, afin qu’ils prononcent le nom d’Allah sur la bête de cheptel qu’Il leur a attribuée. Votre Dieu est certes un Dieu unique. Soumettez- vous donc à Lui. Et fais bonne annonce à ceux qui s’humilient.

Sourate 22 Al-Hajj (Le Pèlerinage), Verset 34

« Nous vous avons désigné les chameaux (et les vaches) bien portants pour certains rites établis par Allah. Il y a en eux pour vous un bien. Prononcez donc sur eux le nom d’Allah, quand ils ont eu la patte attachée, (prêts à être immolés). Puis, lorsqu' ils gisent sur le flanc, mangez- en, et nourrissez- en le besogneux discret et le mendiant. Ainsi Nous vous les avons assujettis afin que vous soyez reconnaissants. »

Sourate 22 Al-Hajj (Le Pèlerinage), Verset 36

«Certes, Allah (s.w.t) a prescrit de pratiquer le bien en toutes choses. Lorsque donc que vous tuez, tuez bien. Lorsque donc que vous égorgez, égorgez bien. Que chacun de vous aiguise son couteau et traite bien sa victime ». Sahih Muslim

Ibn ‘Omar rapporte que le Prophète (SWS) dit: « Quand l’un de vous égorge une bête, qu’il l’achève ». Rapporté par Ibn Maja

Selon Ibn ‘Abbas, un homme étendit par terre sa victime alors qu’il aiguisait en même temps sa lame. Le prophète (SWS) lui dit : « Tu veux donc la tuer deux fois ? Pourquoi n’as-tu aiguisé ta lame avant de l’étendre ? ». Sahih Al-Boukhari

Omar vit quelqu’un traîner un ovin par la patte pour l’égorger. Il lui dit : « Malheur à toi ! Conduis-le à la mort d’une façon gentille ». Rapporté par ‘Abd ar-Razaq

Le prophète (SWS) a dit : « Tout ce qu’on coupe d’un animal vivant est considéré comme bête morte ». Rapporté par Ahmad, Abou Dawoud, at-Tirmidhi et al-Hiban