Qu'est ce que le halal ?

DEFINITION

Le mot halal (arabe : حلال [ḥalāl], permis ; licite)

Le terme halal est un concept émanant des sources scripturaires musulmanes : Le Coran et La Sunna.

Il définit ce qui est permis et licite dans la vie du musulman. Il est opposé au « Harâm » qui renvoie à ce qui est interdit.

Le Halal est un moyen et une condition pour cheminer vers Le Créateur et revêt donc une importance fondamentale pour les musulmans. 

Les notions de halal et de harâm  concernent différents aspects de la vie du musulman et  notamment son alimentation.

L'ALIMENTATION EN L'ISLAM

« Les animaux morts, le sang, la chair du porc, tout ce qui a été tué sous l'invocation d'un autre nom que celui de Dieu, les animaux suffoqués, assommés, tués par quelque chute ou d'un coup de corne ; ceux qui ont été entamés par une bête féroce, à moins que vous ne les ayez purifiés par une saignée ; ce qui a été immolé aux autels des idoles ; tout cela vous est défendu. Ne vous les partagez pas en consultant les flèches, car ceci est une impiété. Le désespoir attend ceux qui ont renié votre religion ; ne les craignez point, craignez-moi. » 

Coran (Sourate 5 La table servie (Al-Maidah), verset 3).

 

Par définition toute alimentation d'origine non animale est considérée comme Halal à l’exception des produits enivrants comme les vins, des produits nocifs comme les poisons, des produits hallucinants comme les drogues, des souillures comme le sang et des produits contenant l'un de ces derniers comme additif, même en petites quantités.

 

LA VIANDE LICITE (HALAL)

Une viande (Halal) licite à la consommation du musulman est une viande obtenue d'un animal licite et sain du point de vue Islamique, sacrifié pour Dieu le Tout Puissant selon les principes de l'Islam.

 

L'animal licite

Les animaux autorisés à la consommation par Dieu peuvent être divisés en en deux types :

  • Les animaux vivant dans l'eau (salée ou douce) comme les poissons : ils sont tous Halal sans condition sur leur abattage. Si les poissons de mer (eau salée) sont retrouvés morts, ils sont licites (Halal) et propres à la consommation humaine. Ce cas n'est pas valable pour les poissons d'eau douce.

Le Prophète de l’Islam (Paix et Salut sur lui) a dit : « Nous est autorisé deux animaux morts et deux organes sanguinolents : De ce qui est les deux animaux morts : il s’agit du Poisson et du Criquet ; et de ce qui est les deux organes sanguinolents : il s’agit du foie et de la rate ».

  • Les animaux qui vivent sur terre y compris les oiseaux : la consommation de la plupart d'entre eux est licite, mais certains sont prohibés. Tous les oiseaux sont licites en Islam, excepté les rapaces munis de serres qui se nourrissent d’autres animaux : par exemple, l'aigle, le faucon, le vautour ou le corbeau. Les animaux de basse-cour (volailles domestiques et lapins), le gibier à plumes et les lièvres sont eux licites.

 

L'animal sain

Est considéré comme animal sain, un animal vivant licite nourri par une alimentation saine (sans anabolisant ou autre produit néfaste à la santé humaine), et naturelle (sans apport protéique animal). Un herbivore nourri à la farine de viande (cause principale de la maladie dite de la « vache folle ») est considéré comme un carnivore et est donc prohibé. De même une poule nourrie à la farine de viande est considérée comme un oiseau rapace au même titre qu'un aigle, et est donc prohibée.

 

LES ANIMAUX IMPROPRES A LA CONSOMMATION (Harâm)

Certains animaux voient leur consommation prohibée :

  • Le porc est strictement interdit ainsi que les animaux de la même espèce (sanglier,...).
  • Les animaux morts d'une autre façon que par l'abattage rituel sont également interdits.
  • Toutes les bêtes sacrifiées et sur qui on a invoqué un autre nom que celui d'Allah.
  • Toutes les bêtes immolées sur des autels païens (c’est à dire celles qu’on a immolées sur les pierres sacrées des idoles.
  • L'animal mort naturellement ou étranglé, étouffé, assommé avec un bâton ou un autre instrument, ou mort à la suite d'une chute ou d'un coup de corne, ou d'une décharge électrique, ou dévoré par un fauve.
  • Les animaux domestiques tels que le chien, le chat, l'âne et le mulet, les omnivores tel que le singe, les insectivores tels que la grenouille ou la chauve-souris, et les carnivores munis de canines comme les fauves.

Le Prophète de l’Islam (Paix et Salut sur lui) dit : « La consommation de tous les carnivores est illicite ».

  • Les oiseaux : ils sont licites, excepté les rapaces (carnassiers) munis de serres qui se nourrissent d’autres animaux. On cite par exemple l'aigle, le faucon, le vautour ou le corbeau.

 

LES PRODUITS ILLICITES

  • Le sang qui coule est strictement interdit, ainsi que ses dérivés comme le boudin. A noter cependant que le sang qui reste dans les veines et les muscles après saignement total de l’animal n'est pas prohibé.
  • L'aliment contenant des produits ou additifs non licites devient par conséquent illicite, tel qu'un chocolat à la liqueur ou un gâteau auquel est ajouté un additif de matière grasse animale non licite.
  • La chaire de porc, sa graisse, ses os, sa moelle, etc ..., même si les conditions d'abattage rituel sont toutes respectées.

 

Bien au-delà de l’aspect purement rituel du sacrifice il est du devoir du musulman d’intégrer à sa consommation la question du bien-être animal, élément qui fait partie intégrante de la bienfaisance envers les animaux commandée par Dieu.

 

A lire également :

-        Les références religieuses relatives au Halal

-        Les références juridiques relatives au Halal

-        Présentation générale de l’abattage rituel